Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Inod ratedRjoker

Staircase Paradox / Hand Shaking Heart Stopping Moment

13 Février 2015 , Rédigé par Inod ratedRjoker Publié dans #Chroniques musique, #Critiques, #Musique, #Staircase Paradox

Staircase Paradox ep Hand Shaking Heart Stopping Moment
13/02/2015 autoproduction

Lorsque l'on est comme moi, c'est à dire pas un fan qui adore tout d'un artiste sans même avoir écouté son nouveau disque, on redoute chacune de ses sorties. On sait qu'il est capable de réaliser de grandes choses, alors quelque part on espère qu'il continuera, mais sans se faire d'illusions car une nouvelle œuvre se doit tout simplement d'être nouvelle. Limite être un nouvel artiste, mais sans pouvoir ignorer qu'il est le top pour toi en ce qui concerne ses précédents CD. Oui ce préambule était nécessaire car Staircase Paradox fait partie du summum de la musique, du moins pour moi, mais aussi pour toi mais tu ne le sais pas encore. Espérons que " Hand Shaking Heart Stopping Moment" confirme ce que je pense de lui et amène le déclic pour les autres.

One, two and one, two, three, four ! On attendait impatiemment que ce nouvel EP de SPDX démarre et c'est (enfin) le cas avec "One Too" ! Cette entrée est plus délicate que celle du précédent disque, dont les teintes électros tranchent avec cet univers mi-cold, mi-apaisant. Les tout premiers instants pouvant nous sembler froids, mais on se rend vite compte qu'il n'en est rien, on reconnait cette sensation mais elle s'avère loin d'être joyeuse.

"Anything" ou du moins son intro et son outro me rappellent quelque chose auquel je vais probablement être le seul à penser : les sonorités débutant et concluant le morceau me ramenant à "La nuit c'est pur"... Formidable chanson de The Billy Montoya Experience, qui devrait être le tube mis en avant pour une compilation Dance Club Machine Ibiza. Tout ce qui se trouve entre ces deux repères n'a rien à voir avec le hit de TBME susnommé. Son refrain très accrocheur devrait potentiellement remplacer dans les cœurs "Sunday Is". Mais pas dans le mien car j'ai tatoué ce dernier sur mes oreilles et n'ai pas envie de passer au laser.

Si la délicatesse de Staircase Paradox n'est plus à démontrer, "Sometimes" nous prouve cependant que la formation en a encore à revendre dans le genre. Ceci tout en y incluant des passages voguant vers l'ambiant, avec des voiles vocaux provenant de leur chanteur. Une nouvelle fois le groupe nous prouve qu'il ose, car l'on a que trop l'habitude que ce type de nappes vocales soit interprété par des femmes, alors que franchement nous sommes mieux entre bonhommes ! On notera que cette phase arrive suite à une remarquable cassure provoquée par la batterie quasiment à mi-parcours (2.13 minutes). D'ailleurs je ne cache pas que je m'attendais à une déferlante proche de celle de "Paddington" suite à celle-ci. Et même si de prime abord cela m'a ennuyé de ne pas retrouver ce déchainement, SPDX n'en tire que davantage de réussite car il m'a bien trompé... A seulement quelques encablures de la Saint Valentin, c'est moche.

Malheureusement pour "Sometimes", SPDX possède la fâcheuse tendance de composer des chansons de très haut niveau et ultra accrocheuses. Alors que bien souvent on dit d'un titre au refrain catchy que c'est mauvais, mainstream... Mais le groupe en question dépasse cela, il n'est pas le seul, mais réussir à reproduire cet effet avec des pistes véritablement variées est encore plus remarquable que d'y réussir "juste" une fois. C'est exactement ce qui se passe avec "Lillies", que l'on connait bien si l'on (pour)suit le quintet tout au long de ses concerts. Je l'ai tout simplement dans la tête depuis plusieurs heures, mais j'adore la conclure en lâchant des "Ah ah aaha ah ah ah ah ah ah aaha (ad. lib)", les esthètes comprendront. Son long final instrumental, du moins juste avant la légère conclusion, est lui gorgé en émotions. Je peux vous garantir que sur scène vous risquez d'être pris aux tripes.

L'avantage lorsque l'on daigne se déplacer aux concerts que l'on organise, c'est que l'on peut découvrir des titres avant qu'ils ne sortent en version studio. C'est notamment le cas de "Concession Speech", que j'avais immédiatement et affectueusement renommé Congestion Speech. Suite à une telle débauche de chansons accrocheuses, ben ouais deux ça reste toujours deux de plus que dans la plupart des objets constituant notre discothèque, il fallait peut-être une plage plus apaisante. C'est donc bel et bien ce à quoi nous avons à faire, cette cinquième piste nous faisant planer au gré de ses envies.

Notre ciel était bien vide avant que nous ne puissions découvrir la musique de Staircase Paradox. Celle-ci ne s'arrête plus de l'emplir de rayonnements et d'averses pour notre plus grand bonheur et "Empty Second Sky" perdure sur cette voie. Particulièrement car elle s'appuie sur une des forces du groupe : ses chœurs ! Ils font tout bonnement partie des meilleurs que l'on puisse dénicher. Il faut avouer qu'il a le choix à la vue du conséquent contingent de membres du sexe fort (la femme) et de l'autre là. Ce à quoi il faut ajouter une phrase que vous aller fredonner encore et encore : "I'll run away, run away when it's over".

On accentue sur ce pouvoir qu'est la qualité des chœurs de SPDX avec"The Wrist". D'une douceur reflétant l'univers de cette ultime piste, ceux-ci sont tellement captivants que l'on arrête toute activité afin de les admirer et de se laisser porter par leur force d'attraction. J'en veux pour preuve que j'ai stoppé cet écrit au moment où ils se sont enclenchés. Mais nous savons plus que jamais que la formation ne peut éternellement rester posée et la montée progressive durant le break instrumental le prouve. Et en ce qui concerne ce cri final, oui je l'attendais. Non pas que j'attendais impatiemment que cela se termine, non c'était ce hurlement qui peut s'avérer synonyme de souffrance, de soulagement ou de toute autre chose selon son ressenti que je désirais. Mais peu importe la manière dont on le prend, on en arrive à la même conclusion "Wouah !".

Oui, je craignais "Hand Shaking Heart Stopping Moment" comme vous l'aurez certainement deviné suite à mon introduction et heureusement, c'est une merveille. A la fois pure, on y ressent ce côté brut du diamant à polir, mais finalement pourquoi y toucher ? Cela fait sa beauté, son charme naturel. Cependant il est énormément travaillé, rien n'est laissé au hasard, mais sans justement le polir classiquement afin qu'il ressemble à tout ce que l'on a déjà entendu. Le toucher/l'écouter nous fera ressentir qu'il a vécu et que chacune de ses émotions y est retranscrite. On les absorbe et nous les vivons à travers notre chemin personnel.

Je suis trop ému pour ajouter ce que je me dois pourtant de faire, c'est à dire vous aiguiller si vous souhaitez vous procurer cet EP et même voir Staircase Paradox en concert. Tout bonnement le groupe jouera ce soir (informations ici) pour la sortie de son disque (qui peut déjà être acheté ). Entrée gratuite et pour 5€ vous obtiendrez une carte vous permettant de le télécharger, car il n'est pour l'instant disponible qu'en dématérialisé. Mais le CD arrive et vous pourrez l'échanger contre cette carte, comme ta Panini de Reynald Pedros dans la cour de récré.

One Too
Anything
Sometimes
Lillies
Concession Speech
Empty Second Sky
The Wrist

https://www.facebook.com/pages/Staircase-Paradox/5618459437
http://www.staircaseparadox.com
https://twitter.com/sparadox
http://staircaseparadox.bandcamp.com

Staircase Paradox / Hand Shaking Heart Stopping Moment

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article