Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Inod ratedRjoker

Stella Glow

13 Août 2016 , Rédigé par Inod ratedRjoker Publié dans #JeuVidéo, #Critiques

Il est toujours regrettable qu'un studio de développement se doive de fermer et mettre la clé sous la porte. Pourtant, c'est ce qui est arrivé à imageepoch, qui n'a même pas eu l'occasion de voir débouler son ultime logiciel Stella Glow tout en restant en activité.

Stella Glow

Stella je ne sais quoi que les autres n'ont pas

On débute piano avec notre jeune héros Alto, amnésique de son état et pas nécessairement très malin de prime abord, qui se retrouvera assez rapidement en charge de sauver l'univers rencontré au sein de Stella Glow d'une drôle de malédiction. Il n'est néanmoins pas en solo Alto, puisqu'il est accueilli dans le village de Mythra par la jeune Lisette et sa mère.


La malédiction en question a rendu le pays dépourvu de chant depuis des milliers d'années. Seul un quintet de sorcières peut employer la "magie musicale", sauf que l'une d'entre elles, Hilda la sorcière de la Destruction, projette aux côtés des Messagers d'annihiler les quatre autres, tout en cristallisant le monde entier par le biais de son chant maudit. Il en revient donc désormais à notre héros, ainsi qu'aux Chevaliers de Regnant de contrecarrer cette menace, en partant tout d'abord en quête du quatuor de sorcières restantes, indispensables afin d'atteindre le but final, grâce à la puissance magique du chant.
Stella Glow

Oui, la musique

Ce scénario assez original, alors qu'il partait tout de même du classique protagoniste amnésique, sait en sus véritablement s'intégrer au game system. Il faut cependant séparer clairement les multiples phases nous attendant tout au long de l'aventure, afin de vous faciliter la compréhension.
Débutons par le mode "Libre" se déroulant dans la cité principale qu'est Lambert, permettant entre autres choses de bosser à la taverne, d'aller explorer cet univers, voire de nouer des liens avec ses compagnons et d'ainsi glaner des capacités supplémentaires.
Les diverses activités envisageables dans ce cas ne sont toutefois pas ouvertes de manière illimitée et surtout ne sont pas gratuites, du moins pas toutes. Trois points d'actions serviront à y accéder, il sera donc primordial de bien déterminer ce que l'on désire faire, avec quel objectif... Avoir constamment au moins un coup d'avance vous servira ainsi pour la suite, qui plus est la sélection de telle ou telle activité risque d'avoir une incidence sur la prochaine phase de mission.

Mais comme vous le savez déjà, les qualités vocales sont plus qu'importantes dans ce soft et, afin d'apprendre des chants magiques aux sorcières, il faudra en passer par la salle d'accordage. Aucune vocalise au programme, mais des combats face aux créatures issues de leurs émotions négatives.

De l'autre côté, on découvrira le mode "Mission", consistant tout bonnement à partir vers la bagarre face à des tas et des tas d'adversaires hauts en couleurs. Le système de batailles se déroulera lui au tour par tour, sur un terrain quadrillé, nous dévoilant de cette façon immédiatement l'identité jeu de rôle tactique de Stella Glow.
Stella Glow

Glowstick

Le rendu visuel brille tels vos bâtons dans ces concerts, durant lesquels il vaut mieux se boucher les oreilles ou espérer un problème technique. Comme généralement dans les RPG, on navigue entre deux aspects différents : d'un côté les nombreuses phases de dialogues, avec une représentation toujours très soignée des protagonistes, provoquant comme une plongée dans un livre d'artworks d'un manga dont les dessins auraient fait sa réputation. D'ailleurs pour évoquer davantage ces passages, sachez que les textes sont en anglais et que l'on a droit à la version nippone pour les scénettes doublées.
D'autre part, les séquences de jeu proposent elles une vue en 3D isométrique, rendant honneur aux multiples personnages très colorés et conçus sous un aspect super déformé.

Avec son univers chatoyant et axé sur la musique, on ne pouvait que s'attendre à une bande-originale on ne peut plus travaillée, sans quoi on sortirait totalement du concept au sein duquel on nous a plongés. Plus précisément, on découvre plusieurs artistes japonais très réputés au cours de cette conséquente B.O. comportant deux bonnes dizaines de pistes, notamment bien relevées de par certaines ultra entrainantes et au punch indéniable, idéales pour les sales geeks. Mitsuda Yasunori s'est lui occupé de la composition de la bande-son, après avoir déjà réalisé quelques-unes des plus marquantes de l'histoire vidéo-ludique avec Mario Party, Xenosaga Episode I, Soma Bringer, Shadow Hearts, Inazuma Eleven, Soul Sacrifice... Même si les personnes engagées pour cette partie avaient déjà de sacrés C.V. derrière elles, elles ne se sont pas pour autant reposées sur leurs lauriers et ont su tirer la quintessence de leurs talents, dans ce monde où la musique et le chant sont les pièces maitresses.

Stella Glow

On savait évidemment que la musique était essentielle à différentes autres formes artistiques et le jeu vidéo en fait bien entendu partie. Avec Stella Glow, on passe encore un cap de par l'importance de celle-ci dans le scénario et le système de jeu, de quoi proposer une aventure épique et fraîche.

Développeur : imageepoch
Editeur : NIS America
Genre : RPG
Supports : 3DS/2DS
Date de sortie : 11.03/16

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article