Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Inod ratedRjoker

Articles avec #critiques tag

The Legend of Legacy

11 Mai 2016 , Rédigé par Inod ratedRjoker Publié dans #Critiques, #JeuVidéo

Mélangeant un bon petit paquet de légendes du RPG, leur héritage va, peut-être, se prolonger pour une toute nouvelle potentielle saga. Cette franchise inédite? The Legend of Legacy, s'avérant justement être un prolongement de la licence SaGa, qui est vraiment plus forte que toi, puisque même stoppée elle perdure au travers d'une autre.
 

The Legend of Legacy

L'histoire sans fin

L'originalité est de taille d'entrée avec The Legend of Legacy, puisque l'on dispose de sept protagonistes, parmi lesquelles il s'agira de n'en sélectionner qu'une ou un et ainsi apprendre son histoire tout au long du soft. Chacun possédant son propre scénario, ses propres ambitions, son caractère, ses quêtes...

Le choix se fera donc entre les personnages qui suivent et bénéficiant toutes et tous de leur spécialité :
Bianca (amnésique)
Eloise (alchimiste)
Filmia (prince grenouille)
Garnet (templier)
Liber (chasseur de trésors)
Meurs (élémentaliste)
Owen (mercenaire)

Rentrons désormais dans l'histoire en elle-même, prenant place sur l’île d’Avalon, apparue tout à coup et de manière on ne peut plus surprenante et mystérieuse, voire suspicieuse, il y a désormais une décennie.
Une fois arrivée, notre bande décide de s’associer à deux autres aventuriers leurs buts, qui diffèrent grandement selon nos héroïnes et héros. Mais découvrir une pierre chantante permettant de découvrir des réminiscences du passé oublié d'Avalon changera la donne.

The Legend of Legacy

A 3 on y va

Pour parvenir à vos fin, vous devrez constituer un trio de combattants en vue de tous les affrontements vous attendant. La particularité de The Legend of Legacy étant la possibilité de préparer bien en avance et de sauvegarder différentes formations, afin d'appréhender chaque éventualité pour les combats à venir.
Les héroïnes et héros pouvant en sus être affilié(e)s à une fonction spécifique à tout moment de l'aventure. Là également on passe par la règle de trois avec :
Attaque
Défense
Soutien

Les batailles prendront elles la forme d'un jeu de rôle de la vieille école comme on les apprécie, avec son game system au tour par tour. Afin de venir à bout de vos ennemis, vous aurez l'occasion de faire évoluer vos multiples armes en employant les Arts, qui ne s'avèrent être rien de moins que des capacités spéciales.
Les éléments seront également au centre du système de jeu pour tout ce qui pourra concerner la baston. Sont au rendez-vous :
Air
Eau
Feu
Ombre

Ceci sans omettre les divers objets que vous glaner ou même tout simplement acheter.

The Legend of Legacy

Equipe de légende

Si votre charmante petite troupe deviendra peut-être légendaire grâce à vous, elle et l'ensemble de The Legend of Legacy ont déjà été créés par une escouade composée de légendes.
On y retrouve donc :
L’illustratrice Tomomi Kobayashi (SaGa)
Le compositeur Masashi Hamauzu (SaGa et Final Fantasy XIII)
Le scénariste Masato Kato (Chrono Trigger)
Le game designer Kyoji Koizumi (SaGa)
Le réalisateur Masataka Matsuura (999: 9 Hours, 9 Persons, 9 Doors)

Clairement, l'unification de toutes ces forces permettent d'offrir un résultat de haut niveau dans tous les domaines, cela touchant bien évidemment l'ambiance propre à ce logiciel.
Cela vaut d'une part pour la bande-son, qui s'avère juste sublime, notamment par le piano plaçant continuellement des atmosphères en y allant tout en finesse, posant alors un délicat voile généralement gorgé d'une profonde mélancolie.
Les violons eux rendent beaucoup plus intenses les différents segments sur lesquels ils interviennent, même lorsqu'ils restent plutôt doux. En revanche, dès qu'ils commencent à légèrement s'énerver, cela démarre au quart de tour et devient largement plus qu'intense, en nous prenant aux tripes et nous emportant avec eux là où ils le désirent.
On découvre aussi des musiques assez mignonnes, officiant davantage dans la légèreté. On y ressent bien l'envie de faire décompresser les joueuses et joueurs entre les diverses aventures un peu plus tendues.

Afin de prolonger l'aspect kawaii, le rendu visuel de tous les personnages vous mettra bien dans le ton. Ils évoluent chacune et chacun dans une représentation Super Déformée vraiment très prononcée et tranchant avec la majorité des autres RPG sur 3DS, la plupart privilégiant l'aspect à l'ancienne, propre aux softs du genre de la fin des années 80 et première moitié des années 90. Ce choix est particulièrement réussi et il est même fort probable que certaines créatures croisées deviennent de véritables mascottes, dépassant le simple cadre du jeu.

The Legend of Legacy

Très riche de base par la possibilité de vivre sept histoires très différentes, auxquelles vient s'ajouter un système de jeu lui aussi bien fourni, The Legend of Legacy pourrait bien s'imposer avec ce premier épisode comme une future saga à succès.

Développeur : FuRyu
Editeur : NIS America
Genre : Jeu de rôle
Support :
3DS
Sortie :
05/02/16

Lire la suite

République

25 Mars 2016 , Rédigé par Inod ratedRjoker Publié dans #Critiques, #JeuVidéo

Alors qu'il est déjà disponible sur PC et mobiles, République arrive dès à présent sur console, en l'occurrence la PlayStation 4 via NIS America, dont on a l'habitude de ses nombreux RPG dans des styles cependant différents. Mais cette fois-ci la surprise sera encore plus grande, comme vous allez pouvoir le constater.

République

Vème République

Jusqu'ici République se déroulait sous forme épisodique, un nouveau système carrément à la mode et possédant au moins le bénéfice de ne pas claquer esomme délirante pour un logiciel qui ne vous plaira peut-être même pas et ce dès les premiers instants. Avec cette adaptation sur PS4, c'est par une version plus classique du JV en général que l'on découvrira le soft en question. En somme, tous les épisodes sont réunis, amenant l'aventure à 5 volets.
Vous y aidez Hope, une jeune femme détenue dans Metamorphosis, un État totalitaire sombre, dirigé par l’omniprésent Overseer. La liberté est donc le maître-mot de ce périple où vous devrez d'ailleurs libérer son chemin par toutes les voies possibles.

République

Piratroce

La surprise de ne pas découvrir un jeu de rôle se comprend quelque part mieux lorsque l'on apprend qu'il ne s'agit pas de l'un des studios nippons habituels derrière ce soft édité par NIS. Normal, car en l'occurrence on y retrouve le studio Camouflaj basé à Seattle, qui n'est cependant pas composé de mythiques membres du mouvement grunge, mais plus exactement de développeurs ayant participé à quelques jeux si peu connus comme Metal Gear Solid, Halo ou F.E.A.R. de quoi montrer un CV intriguant.
Clairement c'est la partie infiltration de leurs travaux passés qui les a davantage inspirés. République évoluant plus que largement dans ce domaine, plutôt que dans celui de l'action pure. Toutefois cette dernière sera également au rendez-vous et l'on aura donc droit à véritable mélange des deux.

Mais la discrétion reste essentielle, la protagoniste principale, Hope, devant bénéficier de votre soutien afin de progresser dans les niveaux en toute discrétion. Cela vous demandant de vous la jouer super hacker. Il s'agira donc de pirater un peu tout sur votre passage ou plus précisément celui de l'héroïne. Cela allant des lumières afin de bénéficier de davantage de discrétion, aux communications afin d'en apprendre plus, des caméras de sécurité pour brouiller les ennemis, aux ascenseurs pour les laisser à quai, ainsi que la fermeture des portes bloquant vos opposants pendant que vous vous enfuyez.
De nombreux objets seront aussi à récupérer tout au long du périple, vous en apprenant davantage sur le monde dans lequel vous évoluez.

République

Vive la République

Visuellement, République marque de par ses jeux de couleurs. Cela colle d'ailleurs très bien à son identité infiltration, puisque l'on navigue constamment entre ombres et lumières, avec la nécessité de ne pas se faire attraper et donc éviter de se retrouver avec Hope plantée en plein jour si l'on peut dire.
Dans ce milieu assez froid, on évolue finalement dans des teintes plutôt chaudes. Entre violet, jaune orangé et autres, de nombreux passages possèdent ce ton paraissant chaleureux. Même si en réalité il n'en est rien et les bureaux, le mobilier, tout ce qui vous entoure vous fera davantage ressentir le froid. Et encore là on ne compte pas les vilains éparpillés sur votre route.
La bande-son ambiante intensifiera ce sentiment de malaise et de solitude. Celle-ci jouant sur l'atmosphère et cherchant constamment à bien vous faire comprendre que vous n'êtes jamais en sécurité dans ce monde.

République

Il faut l'avouer, les jeux d'infiltration, tout comme ceux de survie, ont grandement disparu ces dix dernières années au profit de l'action sans cervelle. Les indépendants arrivent néanmoins à combler ce manque ces derniers temps. Le souci c'est que bien souvent l'un est original puis tout le monde copie le même système, souvent en 2D, avec un style graphique identique... Et justement République apporte quelque chose de nouveau avec son univers en 3D de toute beauté, auquel s'ajoute une façon de jouer axée sur le piratage finalement pas si courante et surtout pas si bien mise en oeuvre dans le titre "phare" qui mettait cette particularité en avant.

 

Développeur : Camouflaj
Editeur : NIS America
Genres : Action/Infiltration
Support
: PS4
Date de sortie : 25/03/16

Lire la suite

The Witch and the Hundred Knight Revival Edition

13 Mars 2016 , Rédigé par Inod ratedRjoker Publié dans #Critiques, #JeuVidéo

Suite au génial The Witch and the Hundred Knight sur PS3, Nippon Ichi Software ne pouvait laisser les joueuses et joueurs exclusivement branché(e)s sur PS4 sans rien. Ces dernières/iers vont donc désormais pouvoir remercier le studio car le jeu en question arrive sur leur console fétiche, mais attention, sous l'appellation The Witch and the Hundred Knight Revival Edition et nous allons voir pour quelle(s) raison(s).

The Witch and the Hundred Knight Revival Edition

Get on da microbe

Forcément le scénario de The Witch and the Hundred Knight Revival Edition ne bouge pas d'un iota par rapport à son aîné, mais ce n'est pas une raison pour passer outre :
Un centenaire d'une bataille sans fin opposant la sorcière de la Forêt et celle du Marécage, a suffi pour que cette dernière décide d'utiliser le légendaire Hundred Knight afin de s'en débarrasser et d'élargir ses terres à travers tout Medea. Toutefois la vile sorcière, Metallia, sera bien déçue par votre physique si microscopique et ne perdra jamais une occasion de vous faire remarquer que pour un chevalier cela ne fait pas très sérieux et qu'elle doute de vos capacités. Mais il va bien lui falloir faire avec, car le pacte est passé et vous allez désormais devoir réaliser tout ce qu'elle vous demandera et vous entrainera pour cela. Enfin une légère remise en cause pourra très bien survenir, petit mais costaud !

The Witch and the Hundred Knight Revival Edition

Knight rider

Votre mission si vous l'acceptez, enfin vous n'avez pas le choix, sera donc d'aider Metallia à vaincre sa pire ennemie : Malia. Et pour cela étendre le pouvoir de notre sorcière bien détestée sera essentielle. Afin d'y parvenir la base est simple : détruire les piliers empêchant le marais de s’étendre et mettre le boxon partout.
Pour la première partie, tout un tas d'adversaires plus ou moins costauds tenteront de vous barrer la route et il faudra donc les battre ou les esquiver, ceci tout en sachant que le temps que l'on peut passer dans un niveau est limité à cause de leur toxicité. Particularité nous obligeant à effectuer de multiples visites, ce qui peut parfois être agaçant, même si avec le côté exploration assez poussé du logiciel cela arrive finalement à bien se caler dans la manière de l'appréhender. Des boss sont également au rendez-vous et apprendre leurs patterns s'avèrera important, si ce n'est essentiel. Une façon de procéder bien à l'ancienne, tout en proposant de nombreuses possibilités dans les attaques en elles-mêmes.
Concernant la deuxième partie, il s'agit tout bonnement de vos agissements, ceux-ci influant sur votre identité qui penchera alors plus vers le sombre ou la lumière. De là à savoir quelle est la véritable bonne facette, on ne se mêlera pas de cela car il n'y a aucune raison pour que le plus clair soit toujours considéré comme meilleur que le plus foncé. Afin d'aller vers l'un ou l'autre vous pourrez décider de soutenir les gens ou non, d'agresser les humains croisés et voler avec fracas dans leurs maisons...

Pour ennuyer tout ce petit monde, cinq classes d’armes sont proposées avec au sein de chacune de nombreuses versions différentes, en plus des évolutions possibles :
– Le bâton
– L’épée
– Le harpon
– La lance
– Le marteau

Vos assaillants possédant leur(s) point(s) faible(s), vous devrez donc agir en conséquence et user du bon outil afin de les envoyer valser au plus vite. Surtout que si vous viendrez à bout de certains de n'importe quelle manière, d'autres vous donneront du fil à retordre et il sera dans ce type de cas primordial de s'équiper comme il se doit.

Moult autres objets seront à récolter entre ce que laisseront vos opposants, les trésors à ouvrir... Dont les «facets», changeant l’aspect physique et les habiletés de notre chevalier millénaire.
On y retrouve les facets de :
– La Forteresse De Puissance
– Le Lanceur De Sorts
– Le Shinobi Assassin

The Witch and the Hundred Knight Revival Edition

Sandwich d'humour et de bonus

Si le système de jeu arrive à convaincre sans mal de par sa richesse, le logiciel de NIS fait davantage encore la différence grâce à son univers ne pouvant être comparé à aucun autre. L'humour et même précisons un humour de qualité est constamment présent, les dialogues sont savoureux, les personnages se vannent sans arrêt... On est happé par cet aspect si bien réussi, ce qui s'avère rare dans le milieu vidéo-ludique. Ce qui colle idéalement à son ambiance parfois loufoque et très folklorique, comme on peut le découvrir à l'image (d'ailleurs les graphismes ont été rehaussés pour l'occasion), mais également au niveau sonore. Les musiques sont juste superbes et offrent davantage de sonorités de l'Europe de l'Est que de celles traditionnellement utilisées dans les RPG, à savoir l'orchestral et la J-Pop. De quoi apporter plus qu'une simple touche de fraîcheur.

Avant de conclure, n'oublions point que le soft ne se nomme pas The Witch and the Hundred Knight Revival Edition pour rien, cette version connaissant divers ajouts.
Cela comprend la Tour de l’Illusion, un niveau inédit aux levels générés selon les items que vous aurez sacrifié afin d'entrer en son sein.
Il sera même envisageable d'y évoluer avec Metallia, soit la première fois que l'on pourra développer son immense puissance sur le terrain.
Enfin, les données des armes pourront être améliorées via les catalyseurs provenant de la Tour de l’Illusion.

The Witch and the Hundred Knight Revival Edition

La première édition de Metallia et de son chevalier millénaire sur PS3 était juste géniale, cette adaptation améliorée sur PS4 devient donc essentielle, tant The Witch and the Hundred Knight Revival Edition est vaste dans son game system et possède un univers décapant.

Développeur : Nippon Ichi Software
Editeur : NIS America
Genres : Action/Jeu de rôle
Support
: PS4
Date de sortie : 04/03/16

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>